Vue de la rue R. Dufy (D-5 sur plan)

Publié le par DAN

La rue Jeanne hachette est devenue la rue Raoul Dufy en 1953.
Sur la première photo nous la découvrons après les bombardements de 1944. Sur la photo suivante en 2012.

En examinant la photo de 1944 nous voyons les arbres du square Saint-Roch sur la gauche. La flèche bleue indique le couvent des Dominicains que j'ai traité ici. Le cercle rouge désigne la Brasserie Paillette qui cessa son activité en 1982 et fut détruite en 1984, je reviendrai sur son histoire dans un prochain billet.

 

rue Jeanne hachetteLa rue Jeanne Hachette en 1944 (collection S.H.E.D.)



Rue R Dufy 2012Le même point de vue en 2012 (photo DAN)

 


*********

Je profite de cet article pour vous présenter des photos inédites ( à mon avis) de cette Brasserie Paillette endommagée par les bombardements. Ces photos proviennent du fond S.H.E.D.

(Société Havraise d'Etudes Diverses) 

********


brasserie Paillette (03)Sur ce cliché nous voyons les caves sinistrées de la Brasserie Paillette. En arrière-plan les maisons le long de la côte. (collection S.H.E.D.)

 


brasserie Paillette (01)La Brasserie Paillette vu de l'emplacement de l'ancienne caisse d'épargne, c'est-à-dire de l'avenue Foch, le photographe s'étant déplacé, la rue en face n'est pas la rue Jeanne Hachette, mais l'ancienne rue de Metz.
(collection S.H.E.D.)

 


brasserie Paillette (02)La Brasserie Paillette vu de l'abri-blockaus du square Saint Roch. (collection S.H.E.D.) 

 


_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

Commenter cet article

Caroline.K 03/12/2012 05:09


Bonjour Dan,


A chaque fois ces images de destructions me soulèvent le coeur, et je me dis que je n'imagine pas la peine des survivants qui ont du avoir l'impression de se reveiller d'un cauchemard. C'est
incroyable les photos d'après. On se dit aussi, que la vie reprend toujours son cours quoiqu'il arrive.


J'ai hâte de connaitre l'histoire de cette brasserie que tu évoques à plusieurs reprises.


CaroLINE

DAN 03/12/2012 10:01



Bonjour CaroLINE,
Quand je vois ces images de destructions, je pense à ceux qui étaient dans leurs maisons au moment du bombardement. Les Havrais ont subi ces pilonnages tout au long de la guerre sans répits, bien
que de 1941 à août 1944 ces bombardements aient été localisés, il n'en demeure pas moins qu'il y a eu beaucoup de morts, comme ma grand-mère. Évidemment le pire s'est produit en septembre 44, et
là plus moyen d'échapper à ce tapis de bombes. Il faut remarquer que le Havre n'a pas été la seule ville à subir ce "matraquage" hélas.
Quant à l'histoire de la brasserie je pense avoir maintenant tous les éléments en mains pour l'étudier sérieusement, alors encore un p'tit peu de patience !
Bonne journée CaroLINE.



Didier 10/05/2012 16:04


Quant au "pourquoi" de ces bombardements si jamais un jour on a la réponse on s'apercevra que la bêtise humaine est encore plus étendu qu'on ne le croyait.


Mais on l'a cette réponse, bien simple, les américains voulait faire du Havre un port franc, d'où sont bombardement, par les anglais certe, mais sur ordre américain, tu penses que de gaulle leur
a foutu le cul dehors de la france assez vite après la libération.

DAN 10/05/2012 17:53



Bonsoir Didier. knap qui est venu à l'université faire un colloque sur ces bombardements, est arrivé à la même conclusion que toi, à savoir que c'est de la bêtise dans sa plus horrible expression
qui a engendré une telle horreur, de plus, et si cette hypothèse de port franc s'avérait vérifiée, nul doute que cette bêtise est encore plus grande encore, car comment comprendre que l'on
détruise quelque chose dont ion veut se servir ? Moi si je loue une voiture je ne vais pas "m'amuser" à lui crever les pneus avant.
Bref c'est toujours la totale incompréhension à propos de ce fait de guerre. Quant à C. De Gaulle il faut ajouter le fait que Roosevelt ne l'aimait pas, et qu'il n'a pas été invité à participer à
la conférence de Yalta, alors en fin de compte son attitude envers eux à la fin du conflit est compréhensible.
Bonne soirée Didier !



SHIPS-LOVER 09/05/2012 11:24


Bonjour Dan, encore un reportage qui explique la vie de " mon quartier ". De plus les photographie noir et blanc de la brasserie payette sont extraordinaire, de plus nous voyons bien, les dégâts
causé sur ce restaurant. Merci a toi DAn et a très bientôt.

DAN 09/05/2012 12:38



Bonjour Ships. Tu te rends compte de l'état où était ton quartier après la guerre, terribles destructions n'est-ce pas. Par contre c'est l'usine, et non le restaurant, que nous voyons sur ces
photos en noir-et-blanc, il est vrai que ce restaurant se situait juste à côté, qu'il suffisait de traverser la rue pour s'y rendre, d'où son nom  de "Paillette" d'ailleurs, mais même si on
ne le voit pas sur ces photos, le restaurant a quand même souffert lors de ce pilonnage aérien.
Bonne journée l'ami Ships, et à très bientôt j'espère !



Tigrou 09/05/2012 10:14


Bonjour Dan


Je reprends mes activités havraises après quelques vacances, et là vraiment tu nous gâtes: 3 arcticles sur un quartier que je connais bien puisque j'y habite. J'ai bien connu la brasserie
Paillette dans les années 70 avec son odeur... particulière ! Les photos son en effet impressionnantes et nous montrent l'apocalypse qu'a subi cette ville. Tes articles sont toujours aussi
passionnants, merci!

DAN 09/05/2012 10:50



Bonjour Tigrou. Ravi de te revoir ici, quant à gâter les lecteurs bien sûr je suis la pour ça ! 


Il y aurait encore beaucoup à dire et à montrer sur ces quartiers évoqués sue les trois derniers articles car ce sont des quartiers qui ont subi de très sérieux dégâts mais qui ont gardés aussi
quelques éléments anciens. Ici c'est la Brasserie Paillette, ailleurs un couvent etc. Donc je reviendrai sur cette brasserie car je pense qu'il me faudra, au minimum deux semaines pour en faire
un résumé, car avec une telle entreprise c'est tout un livre qu'on pourrait lui consacrer.
Bonne journée Tigrou !



Christian Richer 09/05/2012 10:07


Après recherche, j'ai donc retrouvé 27 diapositives (couleurs et N&B) relatives à la destruction de la brasserie Paillette. Ta proposition d'une numérisation par un pro me semble
judicieuse...

DAN 09/05/2012 10:16



Bonjour Christian. Le pro en question c'est tout simplement Nicéphore qui est photographe professionnel, mais j'ai également des connaissances chez Créapolis qui permettrait de tirer tes clichés
en numérique ou sur papier. Alors  tu connais mon adresse mail si tu veux qu'on prenne rendez-vous je suis ton homme.
A bientôt donc Christian, et bonne journée 



keyouest 08/05/2012 07:46


bien triste de voir ce que l'homme peut faire ,mardissime

DAN 08/05/2012 07:55



Bonjour Keyouest. Et à cette époque il n'y avait pas encore les "moyens de frappe" actuels, on n'imagine pas les dégâts qu'ils auraient pu faire, et tout compte fait c'est aussi bien de ne pas se
les imaginer.
Mardissime Keouest



Papy Scham 07/05/2012 21:49


Bonsoir Dan


Impressionnantes photos des bombardements. Et en plus inédites. Cette nouvelle rue Raoul-Dufy n'a plus rien de commun avec son ancienne dénomination. A part qu'on retrouve encore un peu de
verdure.


Excellent reportage richement illustré.


Bravo.


Bonne soirée et bonne semaine.

DAN 07/05/2012 23:06



Bonsoir Papy Scham.  Pour tout dire je ne sais même pas comment pouvait être cette rue avant sa destruction par les bombes. Pour la verdure en effet le square Saint Roch, sur la gauche des
photos, permet de se repérer un peu, mais le plus important c'est que le photographe de l'époque à eu la bonne idée de marquer très précisément chaque photo qu'il a prise, je peux ainsi replacer
très exactement sa position de prise de vue.
Bonne fin de soirée et bonne semaine Papy Scham !



Mousse 07/05/2012 20:28


Bonsoir chez Dan,
Comme toujours belle présentation et de jolies cartes.
Mon Dieu que c'est triste de voir cela, ce fût catastrophique, ils avaient mis le paquet ! J'en suis baba on ne réalise pas quand on en parle de l'ampleur des dégâts, c'est quand on le voit !
C'est vraiment impressionnant.
C'est triste d'abîmer une si belle ville.
Je reconnais, qu'ils ont bien reconstruit, ce n'est pas mal du tout.
Bonne soirée, mes amitiés.

Nicéphore & DAN 07/05/2012 23:00



Bonsoir Mousse. On dit souvent qu'un petit dessin vaut mieux qu'un long discours et dans le cas présent ces photos en disent long sur ce que furent ces bombardements. Moi je me demande encore et
souvent comment nos parents ont pu supporter cela.
Quant à la nouvelle ville j’espère un jour pouvoir te la faire visiter, et tu constateras qu'une de ses première qualité, et elle en a bien d'autres, c'est sa luminosité !
Bonne fin de soirée chère Mousse !



eva 07/05/2012 18:05


toujours des visions apocaliptiques... quel malheur que la guerre, et quelle malédiction toujours recommencée, ailleurs... sans que jamais les leçons du passé ne portent conseil...


Enfin, aujourd'hui réjouissons-nous ! (provisoirement  )

DAN 07/05/2012 18:57



Bonsoir Éva. Vision apocalyptique en effet que je m’efforce de faire connaitre aux plus jeunes  afin qu'ils soient à même de juger de la bêtises des hommes et qu'enfin, ayant connaissance de
ces faits d'histoire  ils ne soient pas tentés de recommencer les co....... de nos ainés, car "celui qui ignore son passé est condamné à le revivre", voila un des buts de ce blog.
Aujourd'hui on peut se réjouir en effet mais restons vigilant quand même !
Bonne soirée Éva !



Claude 07/05/2012 18:01


Merci Dan de nous faire profiter des photos de la "SHED"...des photos rares...(mais dans un sens on aurait préféré ne jamais  voir ce genre de clichés
de désolation). Mais bon hélas les choses sont ce qu'elles sont.


Comme beaucoup de commentateurs précédents, je me souviens moi aussi de cette odeur caractéristique qui flottait dans tout ce secteur de la ville..ce n'est
donc pas original de le redire ici.


Et même si je ne suis pas un grand amateur de bière...j'attends avec intérêt le sujet à venir sur l'histoire de cette brasserie.


De ce reportage, je retiens deux choses : j'ignorais qu'il y eut au Havre une rue "Jeanne Hachette" et que la rue "R.Dufy" ne se nomme ainsi que depuis
1953..!! (Il est vrai qu'en y réfléchissant bien on ne pouvait pas avant....pour une bonne raison..: 1953 étant l'année de sa disparition)


Bonne semaine


ps : au fait je ne pense pas être le "Claude" évoqué par Claymore....comme on dit :" à la foire il n'y a pas qu'un seul âne qui s'appelle Martin...
"

DAN 07/05/2012 18:51



Bonsoir Claude
Pour les photos de la SHED, j'ai encore quelques « pépites » à montrer ici même, mais tu me connais ces illustrations demande des explications historique, (comme ici sur cet article), et ça ne se
fait pas en un jour. De plus je me sens responsable de ce que je vais raconter avec ces photos appartenant à cette vénérable association, donc tout est vérifié du point de vue historique avant
publication.


Je rencontre cette semaine « LE » spécialiste de l'histoire de cette brasserie, donc le temps ensuite de de rédiger mon texte et ensuite de rencontrer
Francis Paillette lui-même qui viendra faire une conférence à ce sujet au mois de novembre 2012 au fort de Tourneville (tu peux y assister et c'est gratuit) tu peux imaginer que ce n'est pas dans
l'immédiat que cet article paraitra ici.
Pour les noms de rues ce n'est pas toujours évident de retrouver où elle se situait, mes plans anciens sont pour ça très pratiques et précieux.
Quand au Claude de Claymore je croyais qu'il parlait de toi, mais peut être pourra-t-il nous dire plus à ce propos !
Bonne soirée Claude et Yllen. 



Christian Richer 07/05/2012 17:36


Mon papa a fait l'essentiel de sa carrière professionnelle à la brasserie Paillette où j'ai fait moi-même quelques stages... J'ai beaucoup d'images du chantier de destruction, mais en diapos ! Il
faudrait que je les convertisse et je me tiens à ta disposition...

DAN 07/05/2012 17:54



Bonsoir Christian. Voila une proposition que je ne saurait refuser, en effet si tu as quelques documents pouvant illustrer cette destruction, ils seraient les bienvenus. Tu sais qu'ici les
clichés sont crédités à ceux qui les font ou qui les possède, et si tu n'as pas le temps de convertir ces diapos en photos numérisées je me charge de le faire faire par un professionnel 
qu'en dis-tu ?
A bientôt donc ! 



jeanpaul76 07/05/2012 13:29


Ohé 


La bière paillette si l'appellation ressuscite des souvenirs surtout des odeurs et des images de chaudron de cuivre nous parlons d'un temps résolu 


Bon à la fois si l'histoire n'avait pas existé certainement que le sort de cette entreprise aurait disparu , les images illustrant le reportage nous démontrent encore une fois l'incompréhension
surtout l'inexplicable bombardement sur notre ville nos élus préfèrent oublier le pourquoi du bombardement ? bon là je fais un peu vieux c... mon côté taquin 


merci pour re-générer le passé quelque part nous en avons besoin non ...


Bonne semaine

DAN 07/05/2012 15:56



Salut Jean-Paul. C'est exact, et si cette entreprise n'avait pas fermé, elle aurait déménagé dans un espace plus adéquat pour elle, comme la zone industrielle notamment.
Quant au "pourquoi" de ces bombardements si jamais un jour on a la réponse on s'apercevra que la bêtise humaine est encore plus étendu qu'on ne le croyait.
Je ne pense pas que nos élus "oublient ce fait historique, mais plus prosaïquement ont-ils préférés tourner la page et regarder vers l'avenir, c'est un point de vue qui se défend.
Bonne journée et balade mon ami, car je ne doute pas un instant que tu es en train d'user tes souliers sur l’asphalte



pere cantoche 07/05/2012 08:43


né(e)s... bien sûr !

DAN 07/05/2012 08:46



Bien sûr ...



pere cantoche 07/05/2012 08:28


Sensationnel reportage... superbes commentaires...!


L'Histoire du Havre avec un grand H qui est aussi celui de l'Horreur.


Décidemment, le blog incontournable de tous les Havrais, et en particulier des vieilles branches comme moi qui sont nés entre 40 et 44...


quand à l'odeur si caractéristique du houblon à la Brasserie Paillette je l'ai encore dans les  narines, comme beaucoup de tes ami(e)s visiteurs et euses de ton blog, mon
bon Daniel

DAN 07/05/2012 08:44



Salut père cantoche. Merci pour compliments à propos de cet article, quant aux commentaires c'est les lecteurs qu'il faut remercier.
La "vieille branche" que tu crois être (tu es plus jeune que tu ne le crois )se souvient
également de cette odeur, (pour moi épouvantable) de cette brasserie, et pourtant depuis cette époque je ne l'ai jamais ressentie, alors même si  ce n'était pas du "Chanel-5" j'aimerai me
replonger dans ma jeunesse en respirant quelques secondes ce "parfum du vieux Havre".
Bonne journée Thierry ! 



Pierre 07/05/2012 07:27


Salut DAN, c'rest vrai que dans le centre ville il n'y a plus rien comme avant. Mais les démonstrations comme celle-ci le démontre encore plus.

DAN 07/05/2012 08:36



Bonjour Pierre. L'expression "table rase, n'a pas été prononcé pour rien, car il n'est rien resté sur des kilomètres carrés. On aurait pu reconstruire une ville complètement différente sur cette
base nouvelle, comme faire des rues en sous-sol pour isoler la circulation automobile, Auguste Perret l'envisageait, mais il a repris la trame générale des rue havraises ce qui nous permet
aujourd'hui de nous repérer par rapport au Havre d'avant guerre.
Bonne journée Pierre ! !



tce76 06/05/2012 22:57


Là, c'est tout le contraire du post précédent: comme le dit si bien ton pote Phyll, "on ne reconnait plus rien".


Quel désastre!


Merci Dan pour la découverte de ces "inédits".


Bon début de semaine.

DAN 06/05/2012 23:11



Salut Thierry. C'est La Société Havraise d'Etudes Diverses qu'il faut remercier de m'avoir confié ces photos historiques. C'est sûr que cet article
n'a rien à voir avec le précédent mais l'histoire tout comme la vie est faite de haut et de bas !
Bonne fin de soirée Thierry !



marcopolo76 06/05/2012 17:23


Salut Dan


Tes inédites sont impressionnantes car elles témoignent de ce qu'à pu être "les bombardements" sur cette ville avec des choix de cibles incompréhensible ...!


Bonne soirée


Marco

DAN 06/05/2012 17:42



Bonsoir Marco. En fait il n'y a pas eu de choix de cible, ils ont utilisé la technique dite du "tapis de bombes", à savoir qu'ils ont déversé la plus grande quantité de bombes possible
(explosives puis incendiaires) dans un périmètre balisé par des feux éclairants (4 en tout) , ces derniers avaient été lâché peu de temps avant l'arrivée des bombardiers eux-mêmes. De là haut les
aviateurs ne voyaient que ces quatre feux et n'ont eu de choix que de rester entre ces feux et de larguer leurs bombes, voila comment s'est passé ces deux journées d'enfer au Havre.
Bonne soirée Marco !



louis 06/05/2012 16:18


Ma mère parle toujours de la "perfide Albion" je comprends mieux aujourd'hui : Bombarder une brasserie, quelle honte !

DAN 06/05/2012 16:47



Salut Louis.  AH ! ! ! ! Tu comprends mieux maintenant pourquoi on parle si souvent de bombardements ici. Aller allons boire un bock à notre santé à la taverne Paillette à côté ! 



Jonathan 06/05/2012 15:12


Bonjour Dan,


 


Article très intéressant comme d'habitude ! J'ai vécu quelques années dans la résidence Paillette, je passais dans le coin très souvent !

DAN 06/05/2012 16:43



Bonjour Jonathan. Si vous avez habitez cette résidence, vous êtes bien placé pour "apprècier" les changements intervenus depuis ici. Ce qui estbien dans ce quartier c'est que la petite promenade
matinale ou autre peut se faire au square Saint Roch, une commodité non négligeable par les temps qui courent !
Bonne fin de journée Jonathan !



JMH 06/05/2012 13:49


Bonjour Dan. En voyant ces photos de la Shed, je pense à tous ces clichés pris par Monsieur Fernez qu'on voit notamment dans un livre (Le Havre 1936-1944). Mon
père qui a connu la guerre au Havre ne peut jamais passer devant un chantier de démolition d'un immeuble sans penser à cette période. 


 Je lisais cette semaine, dans une revue touristique, les propos d'une responsable culturelle de l'agglomération. Elle considérait comme un progrès que
les jeunes générations havraises ne disent plus : "  Le Havre c'était mieux avant la guerre ". Je pense, comme Dan, que les nouvelles générations
n'oublieront pas les bombardements. Au contraire.


 


 


 


 


 

DAN 06/05/2012 15:02



Bonjour Jean-Michel. En effet Fernez et quelques autres comme Fornallaz, ont pris des photos aussitôt les bombardements terminés, c'est ainsi que dans le fond SHED on peut voir la rue Siegfried,
ou devant Notre Dame, avec la fumée qui se dégage des ruines. Ces photos ont été prise dès le 6 septembre au matin.
Pourquoi faudrait-il choisir entre le Havre d'avant guerre et le Havre d'aujourd'hui ? Le Havre c'est le Havre tout simplement et si ces bombardements ont créé une coupure de l'histoire j'essaie,
avec ce blog, de faire une certaine continuité entre ces deux périodes d'avant et d'après guerre. Je voudrais que les jeunes disent simplement le Havre c'était comme ça avant, et non plus c'était mieux avant. Alors pour ce résultat il faut parler le plus possible de ce que c'était avant, car, ne l'oublions pas, tout n'était pas toujours
rose non plus.
Bon dimanche Jean-Michel !



phyll 06/05/2012 11:46


salut mon pote,


que dire de plus suite à ces commentaires ?!....... entre la première et la deuxième photo, inutile de chercher des points communs... on ne reconnait plus rien !


et pour finir sur une note un peu plus "légère": ces Anglais (grands buveurs de bière) qui ont bombardé la brasserie... c'est un peu paradoxale, non ??!!.....


ps: et les dernières photos sont, malheureusement remarquables ! quel témoignage visuel !!!


je te souhaite un bon dimanche poto !!

DAN 06/05/2012 11:54



Salut mon pote. Tu as raison d'apporter une note légère à cet article et commentaires, en effet les anglais sont grands buveur de bière mais avec cette "technique" du "carpett bombing",
impossible de viser précisément, donc d'éviter cette brasserie dans leur viseur.
Les dernières photos on un côté "esthétiques" qui personnellement me trouble un peu, car elles traduisent à la fois l'horreur de cette guerre, et en même temps l'œil du photographe s'est ingénié
à les faire harmonieuses dans leur composition, là aussi il y a paradoxe.


Aller, bon dimanche poto et encore au coin du feu vu le temps 



tic-tac 06/05/2012 11:14


Salut DAN !


Des photos impressionnantes et qui laissent sans voix. C'est vraiment formidable de pouvoir les partager ici.


Ta référence au couvent des dominicains m'a fait sourire car je viens de poster un article qui a quelque rapport !


Très bon dimanche!

DAN 06/05/2012 11:37



Salut Tic-Tac. Tout ce qui concerne ces foutus bombardements est impressionnant, mais les témoignages de ceux qui s'en sont sorti l'est d'avantage, car là c'est la douleur humaine que l'on
ressent, la description faite par les réfugiés dans les caves obstruées par les gravas et où la fumée n'arrive plus à s'évacuer, où la chaleur des incendies fait chauffer au rouge les métaux mis
à nus, où les cris des personnes ainsi emprisonnées ont résonnés longtemps aux oreilles des sauveteurs, bref ces descritions sont bien plus terribles que la vue de murs éventrés, mais ces vues
font bien comprendre le sort réservé à ceux qui étaient en dessous.
Bon je ne vais pas  en dire plus pour ne pas gâcher ton dimanche et je vais, de ce pas, voir chez toi ce nouvel article.
Bon dimanche Tic-Tac !



Jeff 06/05/2012 10:46


 


Formidable témoignage photographique. Aujourd'hui pour évoquer Paillette et sa mouette il ne reste qu'un restaurant Brasserie dont on aperçoit le store rouge au fond de la rue sur la photo
couleur. Le professeur d'histoire contemporaine Anglais Andew Knapp de l'université de Reading a travaillé sur le bombardement du Havre de septembre 1944. Il a écrit un document pdf disponible
sur le net "The destruction and libération of Le Havre in modern memory" qui donne un éclairage sur la décision de bombarder LH de manière aussi massive. Je n'ai pas trouvé de traduction
Française. On évoquera aussi le film Table Rase de Christian Zarifian que tout Havrais se doit d'avoir vu.


Bonne journée

DAN 06/05/2012 11:14



Bonjour Jeff. En effet aujourd'hui ne reste qu'une taverne ayant gardé le nom et une résidence qui, elle aussi a pris le nom de Paillette.
J'ai été invité à la conférence d'Anfdew Knap qu'il a faite à l'université dans un français  qu'il parle couramment. J'ai pu ainsi intervenir, ainsi que nombre de participants, dont Mr
Dubosc, qui tous sont ressorti de cette conférence sans avoir une explication claire du pourquoi des bombardements. Sauf à savoir que ce fut une énorme erreur de la part du haut commandement
britannique, mais ça on le savait déjà. Je pense que l'on ne soit obligé d'en rester là, car monsieur Knap est finalement comme nous même devant l'incompréhension de ces bombardements, car du
côté britannique ces bombardements n'ont pas été compris non plus loin s'en faut, ce n'est donc qu'une petite poignée de responsables de l'époque auquel il faut s'en prendre, et avec le temps
ceux-ci disparaissent naturellement, il est donc de plus en plus malaisé de connaitre le fin fond de la vérité à ce sujet.
Quant au film table rase, outre les images qui sont terribles pour un havrais, les témoignages des aviateurs qui étaient dans les bombardiers corroborent ce que nous a dit Andew Knap, à savoir
que ces hommes étaient parsuadés de bombarder des allemands ainsi que des installations militaires. Alors on en revient toujours au même QUI a pris cette décision de bombardé des civils ? ? ? ?
?
Il y a un autre film tout aussi "évocateur" s'agissant des bombardements, c'est le documentaire "Opération Astonia" , là les bombardements sont filmés depuis Berville (de l'autre côté de l'eau)
et on voit très très bien les bombardements de la ville et surtout cette "technique" du "carpett bombing" qui consiste à faire pleuvoir une multitude de bombes exposives mètre par mètre, suivi
dans la même logique d'une pluie de bombes incendiaires qui achèvent le travail de destruction.
Bref c'est une page d'histoire qui ne se refermera sans doute jamais pour nous havrais.
Mais que tout ceci ne vous empêche pas de passer un excellent dimanche Jeff !



boboce 06/05/2012 09:56


Salut DAN


 


Super les photos du SHED.


Je suis en train de parcourir les journaux "Le Petit Havre", des années 30, aux archives et l'on y parle de la "Société Havraise d'Etudes diverses".


Apparemment cette institution existe depuis longtemps.


 


Bon dimanche


A+

DAN 06/05/2012 10:14



Bonjour boboce. En effet, c'est la plus vieille association havraise puisqu'elle fut fondé en 1833.
Elle organise tous les mois une conférence qui aborde divers sujets, et où l'histoire du Havre est régulièrement abordée. Si tu as lu le précédent message tu as pu y lire qu'une conférence sur la
brasserie Paillette sera donné le 8 novembre 2012, de quoi en savoir plus sur cette célèbre brasserie havraise !
Bon dimanche boboce !



claymore 06/05/2012 09:53


Bonjour Dan


belle reconstitution comme toujours, jattend avec impatience l'histoire de la brasserie paillette, et ca y est, j'ai l'odeur dans la tete, comme tu dis la memoire olfactive est une sacrée
bibliotheque et l'autre memoire me reviens, mon premier chef de service qui y avais travaillé me racontait la biere de mars dont il etait friand


(Claude si tu nous lit, je te salut)


bon j'arrete, car comme d'habitude, ca remonte, ca remonte


bon dimanche à tous


J.P

DAN 06/05/2012 10:07



Bonjour Claymore. Il faut laisser remonter l'ami, on est ici pour partager aussi ses souvenirs, alors il n'y a aucune restriction.
Je ne suis pas un amateur de bière du tout, mais j'ai déjà entendu parler de la bière de mars, une récolte qui, semble t-il était apprèciée des amateurs.
Claude aura sans doute, lui aussi, des souvenirs de cette brasserie, il les racontera en temps voulu je pense.
Bon dimanche Claymore ! 



FAH 06/05/2012 09:48


Bonjour Dan,


Merci d'avoir mis ces photos en ligne. Malgré l'horreur qu'elles provoquent il est bon de se souvenir des personnes qui sont restées sous ces amoncellements de gravats.


Comme Michèle, qui a sans doute mon âge, je me souviens de l'odeur émanant de la brasserie, car j'habitais juste à côté du jardin St Roch, et en 1953-54 j'allais  au lycé&e de
filles situé alors dans le Lycée de garçons (François 1er) et je passais donc 4 fois par jour devant.


Permets-moi de signaler que la SHED justement, en la personne de Francis PAILLETTE, donnera une conférence le 8 novembre 2012 à 18 h au fort de Tourneville, intitulée: Les Paillette.


Bonne journée!


FAH

DAN 06/05/2012 10:00



Bonjour Françoise. Pour Michèle elle est de la même génération que moi, ce qui te donne une idée assez précise de son âge .
Décidément cette "odeur" a marqué les havrais qui ont connu cette brasserie, c'était vraiment une caractéristique de ce quartier, on pouvait y aller les yeux fermés, mais pas les narines...
Pour la conférence pas de problème, je serai au rendez-vous, j'ai d'ailleurs déjà noté celle-ci sur mon calepin ! Mais j'espère te revoir plus tôt que ça quand même !


Bon dimanche Françoise !



Michèle 06/05/2012 09:26


Bonjour Daniel,


Un reportage très intéressant qui nous rend impatients de connaître l'histoire de cette brasserie.


J'habitais rue Président Wilson, et l'odeur se dégageant des camions transportant le houblon fumant était vraiment particulière et en l'évoquant je la sens encore dans mes narines.


Je suis en train de lire le livre " L'enfer du Havre" de Julien Guillemard qui raconte la vie quotidienne des Havrais de 1940 à 1944 et hélas! la ville du Havre a été bombardée par les Anglais
dès le début de la guerre faisant déjà de nombreux morts; et pour terminer par les bombardements de septembre 1944, dont l'inutilité est démontrée depuis longtemps. Les Havrais d'après la guerre
ont dans le coeur l'immense regret de ne pas avoir connu la ville de leurs parents et ont été coupés de leurs racines profondes ; la blessure est toujours là et ne se refermera peut-être
qu'après la disparation de la génération d'après-guerre; c'est pour cela qu'il faut en parler et ne pas oublier.


Bon dimanche quand même


Michèle

DAN 06/05/2012 09:42



Bonjour Michèle. Moi aussi j'ai encore cette odeur dans les narines, comme quoi la mémoire olfactive est très puissante aussi, et de là où vous habitiez je comprend que vous qualifiez cette
"odeur" de particulière.
Pour les bombardements c'est en effet tout au long de la guerre que les anglais les ont effectués, à ceci près qu'il pouvait être justifiés puisque voulant affaiblir le potentiel militaire des
allemands, mais en 1944 rien de tout cela,  si ce n'est qu'une énorme "erreur" comme nous l'a confié un universitaire anglais lors d'un récent colloque à l'université, erreur commise par le
haut commandement des bombardiers.
Comme vous le dites  peut être que la blessure ne se refermera qu'à la disparition de notre génération, quoique parfois j'en doute quand j'entends les commentaires des jeunes comme ceux de
mes enfants, et qui, eux aussi, ne comprennent pas ces bombardement inutiles où leur arrière grand-mère a disparue.
En effet il ne faut pas oublier et ce blog est fait pour ça !
Bon dimanche également Michèle, et à une autre prochaine rencontre peut être ? 



buddy2259 06/05/2012 07:30


Bonjour Dan,


1944, une année terrible pour Le Havre ton reportage ainsi que les photos jointes en sont la démonstration. De  bien tristes moments de notre histoire à ne pas oublier .


Bon dimanche l'ami !

DAN 06/05/2012 07:35



Bonjour Buddy. En effet, une année terrible pour le Havre, et toujours pas d'explications logiques de la part de nos amis d'outre-manche à ce sujet. Je pense que ça restera comme une blessure non
refermée dans la mémoire des Havrais, alors il faut vivre "avec" mais ne pas oublier !


Bon dimanche mon ami ! 



GL 06/05/2012 07:05


Spectaculaire vision de désolation de cette brasserie, reconstruite ensuite et finalement définitivement rayée de la carte Havraise au nom de la rentabilité.

DAN 06/05/2012 07:11



Bonjour GL. Cette brasserie aurait pu en effet continuer à produire de la bière, il était même question de construire une nouvelle usine un peu en dehors du Havre, car il faut bien l'admettre une
usine en pleine ville ce n'est pas "écologique". Personnellement je me souviens de l'odeur que dégageait cette brasserie, et franchement, à moins d'aimer les odeurs fortes et aigres ce n'était
pas la joie pour les riverains.
Bon dimanche GL !



LGV 06/05/2012 03:00


Impressionnant amas de ferrailles et briques. Je n'aurai jamais eu vraiment l'occasion de boire une biere fabeiquée sur place, quel dommage !

DAN 06/05/2012 07:03



Bonjour Cédric. Moi j'ai eu maintes occasions de boire cette bière, mais malheureusement je déteste ce breuvage, par contre l'histoire de la Brasserie par elle même est passionnante et je la
raconterai un jour avec celui qui est reconnu au Havre comme LE  spécialiste de cette histoire, mais pour l'instant ce n'est encore qu'un projet !
Bon dimanche Cédric ! 



Laurent L 06/05/2012 02:12


Salut Dan, une fois de plus tu nous replonge dans le passé malheureusement tragique du Havre, avec des photos inédites merci pour ce nouveau dossier, sinon je n'est pas vu la flèche bleue.

DAN 06/05/2012 06:58



Bonjour Laurent. Ces photos ont été prises par un photographe amateur, elles ne font que 7X5 cm d'où leur qualité très moyenne.
Sinon pour la flèche bleue elle est au même niveau que le cercle rouge et un peu à sa gauche, là on distingue plus qu'on ne les voit les deux clochers de la chapelle des Dominicains. J'espère que
tu vas les voir.
Bon dimanche Laurent ..... gris hélas !