Pas seulement au centre ville (non visible sur plan)

Publié le par DAN

A Graville Sainte Honorine.

Le pâté de maison qu'il y avait entre la rue de Verdun, (ex route nationale), et de la rue Auguste Blanqui, nommé ainsi depuis 1920,(ex rue Ernest Lefevre), a complètement disparu aujourd'hui, suite aux circonstances dramatiques de la guerre. Le quartier a en effet subi d'énormes destructions pendant ce conflit comme on peut le constater sur les photos de Fornallaz. Depuis l'explosion d'un train de munition en 1940 aux bombardement de septembre 1944, les habitants de Graville Sainte Honorine ont payé un lourd tribut à la guerre.


Havre-Graville (1)La route Nationale à gauche (aujourd'hui rue de Verdun) et Ernest Lefèvre, à droite (aujourd'hui Auguste Blanqui) au début du XXe siècle. Collection DAN.

 


Havre-Graville (2)Le même endroit en 2012. Photo DAN.


 


Havre-Graville (4)Un autre aspect de la rue Auguste Blanqui ex rue Ernest Lefèvre. Photo Fornallaz.



Havre-Graville (5)La mairie en 1944. Photo Fornallaz.

 


Havre-Graville (6)La mairie en 2012. photo DAN.



Havre-Graville (3)

Un autre aspect de la rue de Verdun pendant la guerre.

Photo Fornallaz.


_________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite.

 

 


Commenter cet article

buddy2259 03/06/2012


Bonjour Dan,


Ta carte postale et une belle mise en bouche pour ton reportage du jour mon ami .Effectivement l'on se rend compte que ce quartier de Graville Sainte Honorine a terriblement souffert des
bombardements de 1944.Les photos des rues Auguste Blanqui et Ernest Lefèvre de l'époque en sont la preuve.


Merci pour cette page du jour qui nous permet de ne pas oublier !


Bon dimanche et mes salutations à l'ami Nicéphore !

LGV 03/06/2012


Effectivement ce quartier a beaucoup souffert ! Au sujet des bombardements anglais : qu'elles étaient les motivations pour détruire ce quartier ??? Y avait-il des occupants allemands par là ou
est-ce pour bloquer les accès au Havre ?

GL 03/06/2012


Un riche complément au même article publié dans le spécial LE HAVRE INFOS.


Ve numéro est une contribution de plus de ta part à la mémoire du Havre


Toutes mes félicitations


Gérard

denize jackie 03/06/2012


bonjour Dan


la motivation precise aux bombardements du havre  ne cherchons pas bien loin tous les ports francais etant detruits  les anglais se reservaient la maitrise des mers  pour le
commerce avec leurs colonies et les notres par la meme occasion ils l'ont toujours fait depuit la constuction du havre n'y a t'il eue un officier aviateur anglais condamné pour avoir refusé de
bombarder le havre  lui il avait vu clair


c'est mon idée elle en vaut une autre


bien amicalement  jackie l'ancien

Michèle 03/06/2012


Bonjour,


Cette version de la raison des bombardements du Havre(garder la maîtrise de la mer) peut sembler valable, mais alors pourquoi Graville qui n'est pas proche du port, ou alors c'est pour que la
ville soigne ses blessures de l'intérieur et ne pense guère à réaménager son port!!! et alors là la motivation semble perverse.


Bon dimanche , sous la pluie (le barbecue se transforme en pierrade!!)


J'ai bien fait d'aller à Roland Garros hier


Michèle

Jeff 03/06/2012


 


Graville a été lourdement bombardé le 6 sept 1944. Pourquoi ? Afin de préparer l'entrée des Anglo-Canadiens dans la ville ? Graville est la voie principale d'accès à LH, par la route
nationale, la rue Lamoignon, le chemin de fer, il existait aussi une gare de triage, les alliés voulaient-t-ils empêcher la fuite des Allemands ? pour réduire avec plus de panache la
forteresse Havraise, au détriment des civils. Les alliés ont du réduire le plateau de Caucriauville couvert de défenses Allemandes, bunkers, batteries, qui sera le terrain de jeu de notre enfance
bien avant la construction du nouveau quartier. Depuis la salle des fêtes jusqu'à sa partie la plus à l'est c'est à dire Soquence, en passant par le stade, Graville a été très gravement détruit.
Ceux comme moi y ayant vécu après sa reconstruction vers les 55's se souviendront des commerces tous construits dans le même style, à la façade habillée de briques, comme celui du boulanger
Eudier rue de Verdun, ou celui de l'épicerie Flamant rue Auguste Blanqui etc...


Bonne journée.

monnier claudine 03/06/2012


bonjour 


beau reportage merci !!!!!!je n'est pas connu mais découvrir le passé de mon quartier est trés enrichissant je vous lis a chaque fois avec plaisir encore merci.....

Tic-Tac 03/06/2012


Hello DAN !


C'est vraiment une grande chance de disposer des photos qui permettent de faire la comparaison avant/après. Je vois des rails sur les photos d'époque : il y avait un réseau de tramways ? On
revient maintenant à ce mode de transport (je pense à la région parisienne), et je trouve que c'est une bonne chose ! Très pratique en tout cas :-)


La nouvelle mairie est assez design, je trouve.


Bon dimanche DAN !

phyll 03/06/2012


salut mon pote,


à l'OUEST le port... à l'EST la gare de triage SNCF et la rafinerie.... bref, y avait-il de "bonnes" raisons ?? on ne le saura sans doute jamais !!!


c'est bien de montrer ce quartier car on parle souvent du centre ville, mais on s'aperçoit que Le Havre a souffert dans beaucoup de quartiers !!!


bon dimanche (un peu gris) !!

François 03/06/2012


Salut Dan,


Peu courante la première carte postale !


C'est vrai que Graville a souffert et a eu beaucoup de plaies à panser (difficile surtout quand on détruit une pharmacie.... D).


Je ne savais pas qu'il y avait eu des habitations cet endroit. Je trouve que c'est une bonne idée de l'avoir conservé comme une place cela aére le quartier.


Au sujet des bombardements anglais, je reviens d'un long week-end à Hambourg ou je me suis étonné du peu de destruction de la ville durant la guerre. Il m'a été répondu qu'il y a eu des accords
entre la ville, les grands commerçants et les anglais qui y possédaient de nombreux intérêts et connaissances. Ceci explique cela. 


J'ai complété mon article sur le café de Paris ayant oublié quelque chose.

marcopolo76 03/06/2012


Un rappel bien mérité ...!


Pour les bombardements, il devait être difficile à l'époque de procéder à des "frappes chirurgicales" comme maintenant...les dommages collatéraux faisaient partis des bombardements à hautes
altitudes avec destructions massives ...!


Bravo pour Le Havre Info ..!


Marco


Marco

louis 03/06/2012


Pourquoi bombarder Le Havre ? Pourquoi pas ? A Lyon les alliés ont visé la gare et ravagé tout le quartier. Trop forts.


J'imagine que les pilotes ne portaient pas leurs lunettes en mission.

Papy Scham 03/06/2012


Bonsoir Dan


Que de scènes de désolation. P... de guerre. Et tous ces gens qui s'affairent dans les ruines. Une riche collections de photos. Une page de cette triste période que certains n'oublieront pas
etque  d'autres découvrent. Bravo.


Bonne soirée et bonne semaine.

Claude 03/06/2012


Salut Dan,


Encore une découverte pour moi , je ne soupçonnais pas que ce secteur ait eu cet aspect avant guerre ..et je n'imaginais pas de telles destructions dûes aux
bombardements dans ce quartier de Graville...c'est vrai qu'en y réfléchissant un peu tous les immeubles alentour sont de construction "d'après guerre"...et au fait l'abbaye elle même avait eu à
subir de forts dégâts pour les mêmes raisons.


Les clichés "Fornallaz" sont de bons témoins de cette époque douloureuse, merci à toi de nous en faire profiter .


Bonne nuit


 

JMH 04/06/2012


Pendant la Première guerre mondiale, certains souverains d'Europe,  cousins, évitaient de bombarder un lieu où un de leur " parent ", dans le camp ennemi, risquait d'être victime. Guillaume
Deux, roi d'Allemagne, était par exemple le petit-fils de la reine victoria d'Angleterre. Massacrer les autres mais pas sa famille ! 


A la différence d'un des commentateurs, je pense que le triangle dégagé près de la mairie n'est pas une réussite. L'endroit reste mal aménagé, pas chaleureux. Il fait penser à la pauvre place,
également en pente, du quartier Saint-Vincent. Un pâté de maison, en accord esthétique avec le reste du secteur, aurait pu y revenir s'y installer. Quant à la mairie de Graville, je me permets de
dire qu'elle est très laide à voir, un bâtiment assez kitsch. A quand un classement des constructions les plus moches du havre ?


Salutations amicales


 

eva 04/06/2012


ben oui, en effet ! quelle catastrophe ! Je n'arrive pas à m'habituer à ces photos-là Dan... 

Otto Graf 04/06/2012


Etant alors parisien et « privé » du Havre depuis plusieurs années, je me suis engagé
volontairement, par devoir mais aussi par curiosité, pour un mois en 1945 au Service d’Eté Etudiant, et venir en chemin de fer, suivant un itinéraire approximatif,  avec un groupe de jeunes au déblaiement du Havre.


En réalité, dans notre chantier de Graville, entre la rue de Verdun et les voies ferrées, nous
avons gratté de la brique des démolitions pour que d’autres construisent ensuite des bâtiments, dits provisoires, le long de la voie ferrée. Nous étions logés dans des baraquements en bois de
type militaire. Dans notre chambrée, il y avait deux ex-officiers Républicains espagnols, bien plus agés que nous, et deux étudiants roumains. Aussi démunis d’argent les uns que les autres,
mais nous entendant parfaitement….Un jour, la sirène municipale nous annonça la reddition du Japon.


Je me souviens – j’avais 19 ans, - être parti à la découverte du Havre de mon enfance en
franchissant en direction du port et à partir de la Mairie des montagnes de gravats avant d’atteindre le quai de Southampton et ce qui en restait. D’autres ont décrit les lieux avec des mots qui
ne suffisent pas : hallucinant !.....


Nous croisions des militaires américains du camp Philip Morris (si je me souviens bien) situé
dans la montée de Gainneville (si je me souviens bien, encore) dont la réputation n’était pas fameuse dans la population.


Ce séjour volontaire fut pour moi un moment d’émotions, retrouvant aussi en ville (ou dans ce qui
restait…), quartier du Rond-Point, ou dans les communes  environnantes,  des amis de ma famille….éprouvés
mais généreux m’offrant des sandwiches pour pallier à la cuisine insuffisante et rudimentaire de la popote.


Quels souvenirs !

jeanpaul76 04/06/2012


Ohé me revoilà bonjour l'équipe


Je vais éviter les clichés de guerre souvent d'écrits dans mes commentaires Voilà encore un morceau plutôt un quartier oublié grâce à
toi et à ta sagacité à remettre ces quartiers Cheres pour certains d'entre nous en conclusion j'ai toujours aimé cette place commerçante elle fait penser à un village tout y est en plus le
commerce y est encore respecté à savoir si la reconstruction ou la re-configuration était un bon choix aux regards de certaines constructions disons récente là mes critiques sont plus
ciblées


Kenavo excuse moi je n'arrive pas à me défaire de la langue du pays


Bonne journée 

Pierre 04/06/2012


Une cicatrice qui est restée ouverte. Comme pour ne pas oublier ce qui c'est passé. C'est par cette, je crois, que je vais au stade.
Et bravo pour le hors série du Havre infos :)
Oui, je suis passé au Havre la semaine dernière, en coup de vent ;)

Mousse 04/06/2012


Ton reportage est toujours bien fait.


Que cette triste de voir ce que les bombes ont fait comme dégât !


Le Havre a bien été bombardé, c'est normal les ports, ont été tous bien massacrés.


J'aime toujours des anciennes cartes.


Bonne semaine, mes amitiés.

Didier 06/06/2012


Voici un éclairage sur cet endroit, je n'avais jamais vu l'ancienne configuration de cette place, j'ai toujours pensé sans me poser la question que ça n'avait pas bougé. Maintenant j'en sais un
peu plus, c'étais pas mal, j'aime assez les maisons d'angle de rue, deux directions qui se proposent.

jps 23/06/2012


étonnante et saisissante vue d'avant-guerre de ce quartier bien connu, moins plaisantes les images de guerre et son lot de ravages en tous genres..C'est ce nom qui m'interpelle toujours,
Honorine..un nom souvent lu dans le journal dans les années 60/70 il me semble sous le nom de "Cadeau d'Honorine", te souviens-tu de cela? il fallait découper l'annonce dans le journal, noter ses
noms et adresse et après ? sûrement un tirage au sort ! m'en vais fouiller dans cette direction..Merci encore de nous Havristoriser juste pour le plaisir ..


Amitiés honorifiques ...

Caroline.K 12/12/2012


Ces photos produisent toujours le même effet sur moi et pourtant je devrais en avoir l'habitude depuis le temps que je les vois chez toi Dan. Je vais essayer de voir le bon côté de tout cela, il
y'a un peu de verdure à la place des bâtiments c'est parfois plus agréable à voir. Est ce que c'est vraiment écologique ? C'est un aspect qui t'intéresse ?


CaroLINE