Monoprix (C-7 sur plan)

Publié le par DAN

Vingt-neuf octobre 1932, le premier magasin Monoprix ouvre ses portes à Rouen sous l'impulsion de Max Heilbronn, gendre de Théophile Bader, fondateur des galeries Lafayette.
En ouvrant ce magasin, l'ambition de son créateur était d'offrir des produits de qualité, à prix abordables pour tous.
Au Havre c'est l'année suivante, le 3 novembre 1933, qu'ouvre notre Monoprix au 38-40 rue Thiers, en lieu et place du magasin des tissus Ponce.
Ce Monoprix ne changera jamais d'emplacement dans notre cité malgré les bombardements durant la guerre 39-45.
A la création de la Z.A.C. Coty (Zone d'Aménagement Concerté), inauguré en 1999, il bénéficiera d'une surface de vente plus importante, mais perdra sa vitrine sur la rue Thiers, devenue avenue René Coty en 1963.


le havre monoprix (3)La carte postale du début du XXè siecle avant l'installation du magasin Ponce et, bien sûr, de Monoprix.


 

Le HAVRE 22Le futur emplacement du Monoprix, ici encore occupé par le magasin de tissus Ponce.


 

 

le havre monoprix (4)Monoprix dans les années 1950.



  le havre monoprix (1)Le même point de vue en 2011.


 

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

Merci de votre visite

 


Commenter cet article

tce76 14/12/2011 23:04


Salut DAN


Une courte pose qui me permet de visiter les copains.Rien n'a changé ici, toujours autant de précisions et d'informations. Ton article commençait bien: le 29 octobre! et puis cette désormais
légendaire recherche du même angle de prise de vue  qui te colle à la peau désormais. Bonne fin de semaine.


Thierry


 

DAN 14/12/2011 23:38



Bonsoir Thierry. Eh oui rien ne change ici, ou plutôt si, les articles chaque semaine, mais ça tu l'auras remarqué
Le même angle de prise de vue est ma "marque-de-fabrique" si je puis dire, car il faut bien reconnaitre que l'essentiel de l'histoire du Havre a déjà été écrite et parfois dans un luxe détails.
Par contre reprendre le même point du vue est moins courant et aussi pas aussi facile à faire qu'il en parait, alors oui j'accepte ce "colle à la peau" 


@ + Thierry



Kiminou caroline 28/11/2011 09:10


Les commentaires sont si riches Dan que je me laisse porter. Ce que je remarque aussi pour ne repeter ce qui a déjà dit c'est que la moustache se portait superbement à cette époque. Encore un
triple A pour ce retour dans le passé.


CaroLINE

DAN 28/11/2011 10:13



Bonjour CaroLINE. Ce blog qui n'en est pas vraiment un, et il a pour vocation également de recueillir les témoignages des lecteurs et que tout le monde puisse en profiter. Quant au triple "A" je
crains de ne pas trop savoir à quoi ça correspond, étant un "vieux" et pas toujours au courant de ce qui se fait actuellement.
En tous je crois savoir que ça veut dire "BIEN" alors je le prends comme tel et te remercie de cette appréciation !
Bonne journée CaroLINE !



Françoise 26/11/2011 04:40


Il y a déjà un petit moment que je n'étais pas venue me premener en compagnie de Dan dans les rues du Havre. Ma promenade, ce matin, a pris un peu de temps du fait que j'ai écouté quelques
bavardages en chemin.


Vous au Havre, et moi à Grenoble, nous avons connu les mêmes choses avec d'autres enseignes : pas de Monoprix mais un Prisunic, pas de Félix Potin (Grenoble est trop loin de Paris) mais un
Saveco, puis une Supérette.


Puis en 1969, Record et Carrefour sont arrivés... De moins en moins de petits épiciers, plus de poissonnier, plus de magasin de laines, de mercerie....en ville. Quant aux abords de la cité,
Marseille, le Havre, Toulouse, Bordeaux, Grenoble ou Paris, on ne se perd plus, tout est sur le même modèle. Même pas beau : normalisé, uniformisé qu'"ON" voudrait aseptisé.    


Triste monde !  Le progrès a apporté quelques avantages, mais la mondialisation, avec les désirs d'efficacité et surtout de profit maximum, a détruit toute forme d'équilibre. 


Le pire : nous laissons tout faire, spectateurs passifs de notre propre ruine.


Heureusement que nous rêvons au bon vieux temps. Sincèrement était-il si bon que ça ? Même si les années 50,60 et 70 furent de belles années, en 1973, ça a commencé à se gâcher. Non ?
   


Je suis contente de me promener dans ces souvenirs bien vivants, mais j'ai un peu de vague à l'âme ce matin. J'espère ne pas avoir "cassé l'ambiance".
Je (te) vous souhaite une bonne journée.


Amicalement et à bientôt.           


 

DAN 26/11/2011 08:55



Bonjour Françoise. Mon site est en effet composé aussi bien de l'article que des commentaires qui l'accompagne, alors forcément ça prend du temps d'où le fait que je ne publie qu'une fois par
semaine.
Nous aussi au Havre nous avons vu fleurir les enseignes que tu cites, les saveco et autres, au détriment bien sûr des petits commerces comme les épiciers. Personnellement dans mon quartier nous
avions un épicier qui avait de la marchandise de très grande qualité, depuis, et quelque soit l'enseigne, je n'ai jamais retrouvé des fruits et légumes comme il savait nous les dénicher. Dans les
grandes et moyennes surface, et si je ne prends que l'exemple des tomates, elle sont toutes plus ou moins « farineuses » alors que les siennes étaient juteuses à souhait. Et c'est la même chose
pour pas mal de produit alimentaires qu'il vendait.
Pour les petits commerces tels le merceries et autres c'est une « espèce » quasiment disparu, aujourd'hui on ne répare plus quelque soit le domaine, comme l'habillement. Plus ça va plus on achète
du jetable. Parlez-moi d'écologie après ça.
Moi qui voyage partout en France, il n'y a que dans les « zones commerciales » où je ne suis jamais dépaysé, car elles sont toutes les mêmes aussi laides, affreuses, disgracieuses, vilaines,
moches, quelques soient les régions visités, et comment faire autrement ? J'imagine toujours un chef de rayon devenant un petit commerçant dans un quartier, cela ne créerait sans doute pas
beaucoup d'emplois mais ce qui est sûr c'est que le consommateur y gagnerait en convivialité, et en relation humaine.
Tu as raison de te demander si le temps passé était « le bon vieux temps », je réponds certainement pas, ne serait-ce qu'au point de vue médical, où notre médecine actuelle soigne mieux et plus
qu'auparavant. C'est commercialement parlant où ça coince, le pouvoir d'achat étant ce qu'il est, la grande distribution a pensé qu'il serait plus économique et rentable de proposer la
marchandise à bas prix et en grande quantité. Mais au final cette logique ne tient pas, car si au début leur intention état de concurrencer le petit commerce ce raisonnement n'est plus valable
aujourd'hui.
Pour la première crise pétrolière il est certain et évident qu'elle a mis fin à cette période dite des 30 glorieuses, depuis nous nous trainons de crise économique en crise économique, sans ne
jamais remettre en question ce système dit capitaliste en partie (mais en partie seulement) responsable de ces crises.
Mais non Brigitte tu 'as pas cassé l'ambiance, nous sommes ici pour « clavarder » en toute quiétude.
Je te souhaite une excellente fin de semaine !



jps 24/11/2011 22:28


Nostalgie, nostalgie mon cul qu'a dirait Zazie.. bin sûr qu'on l'a connu le monoprix de la place Thiers nous autres les cinquantenaires qu'ont encore des nerfs pour passer soixantenaires..Déjà
qu'à l'école j'avais que des bons prix, des prix uniques, pas des trucs à bon marché à la Saveco, vous pensez bien qu'on s'en souvient du monoprix (on disait même pas monop, d'ailleurs ça fait
récup de faux branché ce diminutif) avec ces grandes portes battantes en verre, direct tu rentrais tu prenais une grosse de chaleur, tous ces articles à portée de main, pi le printemps à côté
chic et cher pour les salaires d'avant 68, cette place Thiers toujours aussi vivante..oui, oui, ça méritait bien un article de la part de HD, le seul blog de la blogosphère qui n'en est pas un
(déjà dit?) avec tous les détails croustillants et les jolies photos (tellement qu'elles sont belles) de Monsieur Dan qui réveillent nos sens, qui relèvent les odeurs oubliées, qui ravivent les
sons, les voix, le brouhaha, la foule, la promiscuité..bref comme dit JPaul, vlatipa kjé une boule dans la gorge (mais c'est rien, c'est un coup d'froid)..obindi dans l'histoire j'ai oublié le
Parunis du Ronp' (ça fait jeune, j'suis dézol) celui-là même qu'est devenu un Prisunic, pi un tati (daniel?), pi que c'est pas si vieux, que c'est plutôt not' vie qu'est courte comme la mémoire
des français (ceux qui votent), pi qui râlent et pi voilà, j'ai fini de déblatérer des âneries..quand même pour un gars qui foutait rien à l'école, tu travailles sacrément bien, pi t'es soigné,
pi tu t'appliques (pauvre Claude François), moi je dis que tu es un exemple pour les jeunes (je dis pas ça en jouant les abbé Pierre) même si déjà à trente piges t'es qu'un vieux con aux yeux des
jeunes branleurs..pi oublies pas Félix, hein !!


Amitiés commerciales.. 

DAN 24/11/2011 23:31



Salut JP
J'espère bien que tu vas passer soixantenaire, manquerait plus que ça. J'ai eu ma dose de bons points aussi à l'école enfin dans les débuts et question grand magasin au Havre,  j'ai connu
(un p'tit peu) la cité commerciale rue Thiers bien avant celles dont tu parles.
C'est vrai qu'on entrait directement dans ce monoprix sans avoir une zone de petits commerces à traverser, on finit par oublier tous ces détails à force de fréquenter le nouveau monoprix, où là,
il te faut emprunter une galerie marchande comme ils disent, avant d'entrer faire tes courses à monoprix et sur deux étage s'il vous plait. D'ailleurs à l'étage supérieur ça ressemble, comme un
chat ressemble à un tigre, à ce qu'était le monoprix d'avant où la caisse et la caissière ne sont pas très loin. Les grands magasins d'après guerre ont fait long feu face aux
mamoutauchanclercsquetaire entre autres, mais notre monoprix résiste entouré qu'il est par d'autres commerces attirant le chaland, et il n'est pas rare de voir les jours d'hiver (et les autres
aussi d'ailleurs) les jeunes comme les vieux s'asseoir dans dans le hall et profiter de la chaleur et du spectacle des gens qui passent.
Et puis il y a le bistrot qui permet de faire la même chose, mais en sirotant un bon breuvage.
Alors tous ça réuni fait que ce centre Coty à la cote.
Suis-je un exemple pour les jeunes, alors la je te laisse l'entière responsabilité de ce propos, mais il est vrai que parmi les jeunes lecteurs, il y en a qui apprécient ce que je fais sans pour
autant me traiter de ringard, alors tu as peut pas tort à ce sujet va savoir ?
Aller bonne fin de soirée et merci pour Félix qui est un pote hein ! 




phyll 23/11/2011 16:18


bien entendu je suis d'accord avec toi pour le choix entre embouteillage et paPOTagE !!!! une heure et demi en moyenne pour une dizaine d'articles achetés
!!..... il y a même des clients de passage qui me demandent des renseignements croyant que je fais partie du personnel !!!..... mais bon, quel plaisir que de bavarder et rigoler avec mon ami
épicier !!! et le p'tit café en prime !!!


à+ mon poto !  

DAN 23/11/2011 16:36



Pas mal le paPOTagE
Je ne te raconte pas quand je vais chez mon boulanger, et si par hasard il n'y a pas de client qui attend son tour c'est plus du pain que j'achète car j'ai l'impression d'être chez le boucher
avec lequel je taillerai une bavette, il est vrai que je met les bouchées double quand il s'agit de bavardage, bref quand je parle avec mon boulanger c'est pendant un bon moment même si lui ou
moi avons par ailleurs du pain sur la planche...
@+ poto ! 



Didier 23/11/2011 16:08


En même temps quand on perd une heure à discuter sur le bord du trottoir quand on se rencontre, c'est une heure de moins pour la grande faucheuse. Donc c'est du plaisir partagé.

DAN 23/11/2011 16:30



Et comment que c'est un plaisir partagé, plaisir d'ailleurs qui j'epère, se renouvellera bientôt puisqu'on est presque voisin !


Alors à bientôt Didier !



Didier 23/11/2011 14:09


Je fais de plus en plus de comerce de proximité, enfin si on accepte de marcher un peu moins de 10mn, ce qui est raisonnable. Du coup on fait les courses 2à 3 fois la semaine, et du coup c'est
plutôt rapide. Le frigo ressemble à rien il est presque vide, on gaspille jamais la nourriture non plus, et j'ai pas remarqué que c'était plus cher que la grande surface, pas de bagnole à prendre
et pas 2 heurs pour remplir un cadis. Enfin Monop c'était tout une époque, avec un pote on allait chercher notre collasse qui glissait sous nos pull, normal quoi.

DAN 23/11/2011 15:45



Salut Didier.
Faire ses courses dans les petits commerces de proximité est un plaisir journellement renouvelé. Cela ne prend pas plus de temps que de sortir sa bagnole, de se faufiler dans les embouteillages,
de rechercher une place de parking une fois au super-marché, de prendre un caddy qui refuse obstinément de quitter ses copains auxquels il est accroché, de le remplir ensuite, de faire la queue à
la caisse en constatant que la file d'à côté va beaucoup plus vite que la file où l'on est, ensuite d'entendre la caissière appeler sa collègue au micro pour savoir à quel prix est tel ou tel
produit qui, comme par hasard, n'a pas d'étiquette sur celui que l'on a pris dans le rayonnage, ceci fait il faut payer puis mettre tout ça dans le coffre.
Ensuite il faut refaire les manœuvres inverses des embouteillages, garer son véhicule et sortir toute la marchandise chez soi surtout en constatant que l'on a oublié de prendre des sacs pour
mettre tous nos achats.
Bref c'est nettement mieux d'aller à pied dans les commerces du voisinage, finalement on gagne son temps  ! A moins bien sûr de tomber sur un copain genre Dan ou Phyll qui te tiennent la
jambe pendant une plombe et là tout le bénef de faire ses courses pas loin de chez toi est complètement bouffé.
Mais bon à tout prendre entre embouteillage et papotage, mon choix est tout de suite  fait ! ! !


Bonne fin de journée Didier !



boboce 23/11/2011 09:34


Voilà un sujet que je connais un petit peu. Je suis allé dans la dernière configuration et je me souvien de l'ancienne même si ce n'est pas en détail. Désormais ce magasin ressemble à un
supermarché traditionnel. De toute façon que ce soit la ZAC Coty, les Docks ou tout autres centres commerciaux en Europe, ce sont les mêmes. Que ce soit en Angleterre, en Allemagne ou en Hollande
la seule chose qui change c'est la taille.


 


Bonne journée


A+

DAN 23/11/2011 11:07



Salut boboce. Le plus désolant en ce qui concerne les grands magasins, ce n'est pas tant qu'ils se ressemblent tous, c'est qu'ils proposent tous le même genre de marchandises, c'est peut être là
que 'le bas blesse", car en allant dans une autre région ou dans un autre pays on pourrait s'attendre à trouver d'autres produits proposés à la vente. Certes il y a quelques diversités
par-ci-par-là, mais en général ils proposent tous les mêmes articles, "mondialisation oblige" ! 
Bonne journée boboce ! 



UnHavrais 22/11/2011 19:06


Bonsoir Dan,


Je confirme, je crois que l'on est de plus en plus de Havrais à faire connaître notre ville ! Moi qui suis depuis 19 ans au Havre (puisque je suis né à Harfleur :P), j'ai toujours adoré cette
ville (même si lors de mon concours pour l'école d'archi de Lille, on m'a fait comprendre que ce n'était pas possible, et donc que je mentais... :/, mais ceux de Rouen adorent LH, ca compense !)
! Mais ne vous inquietez dont pas de votre ringuardise pardis ! La plupart des jeunes préfèrent l'ancien aussi (en tout cas autour de moi ;) ) Je pense que c'est parce que le ce que l'on appelle
ancien aujourd'hui est fait pour durer, et que les personnes qui y ont vécus ont laissés une traces de leur passage, alors que les nouvelles constructions ne sont pas faite pour durer... Et les
intérieurs sont constemment remanié... En gros, je pense que de notre époque, où tout n'est que commercial, fait à la chaîne et mondialisé (standart), on n'en laissera rien à nos dscendants... Je
sors du sujet là ! Allez, bonne soirée à vous ! :)

DAN 22/11/2011 23:11



Bonsoir unhavrais. Me voila un peu réconforté  quant à ma "ringardise". C'est exact que l'impression que donnent les nouvelles constructions, n'est pas celle de la durée. Alors il faut à
tout prix préserver le peu "d'ancien" qui nous reste.
Avoir un tel pseudo ne pouvait signifier autre chose que l'attachement que l'on a pour cette ville.
Pas possible d'aimer le Havre pensent-ils ? Et pourquoi donc grand dieu et t'accuser de menteur pour ça me semble plus qu'exagéré. Il faudrait au moins qu'ils viennent visiter notre ville avant
d'émettre un tel jugement.
Quant aux Rouenais, l'histoire m'a appris que les premiers grands armateurs venaient de cette cité Normande, alors ils doivent en effet aimer quelque peu le Havre bien qu'en matière de "bataille
de clocher" nous sommes l'un comme l'autre resté plus ou moins sur nos positions,  il n'est qu'à voir certaines rencontres sportives pour s'en convaincre, mais tout ceci n'a pas l'importance
que l'on veut bien lui donner, c'est plus un jeu qu'autre chose.
Quant à laisser quelque chose à nos descendants c'est une responsabilité collective, car individuellement et pour peu d'avoir donné une bonne éructation à nos enfants (là ça se perd c'est vrai)
il sauront et auront les "armes" nécessaires pour construire leur propre avenir, donc là est bien notre responsabilité.
Et ne t'inquiètes pas si tu sort un peu du sujet, la rubrique "commentaires" est là pour ça aussi !
Bonne fin de soirée unhavrais !



Armide+Pistol 22/11/2011 18:57


Monop, Felix Pote et Prisunic ont préfiguré les monstres : les Radars Géants ou autres. Aujourd'hui, leur écrasance présence est envahissante. Qu'à cela ne tienne : aujourd'hui, ces mastondontes
se décomposent pour mieux infiltrer nos voisinage au nom de "la proximité retrouvée".


Les petits commerces indépendants ferment plus que jamais, aujourd'hui remplacés par des magasins de vêtementq "made in China"...ou des agences bancaires

DAN 22/11/2011 22:48



Bonsoir Armistide+Pisto. Depuis le xixè siècle les grands magasins parisiens avaient des surfaces de ventes très importantes, comme par exemple "Aux trois Quartiers" avec ses 27 000 mètre carré,
puis à partir de là il y eu de nombreux grands magasins aussi bien dans la capitale qu'au Havre.
Aujourd'hui l'éloignement de l'habitat par rapport aux grandes surfaces n'est plus supportables pour un grand nombre de consommateurs, de ce fait ces grandes surfaces s'adaptent au marché
en proposant des moyennes et petites surfaces de proximité.
Est-ce un bien ? Attendons de voir comment cela évoluera, et si c'est pour retrouver les petits commerces près de chez nous pourquoi pas, encore faudrait-il que les prix proposés ne soient pas en
contradiction avec l'économie que nous faisons en ne  se déplaçons pas trop loin pour faire ses courses.
Quant au "mad-in china, à force de vouloir toujours  et toujours moins cher, ajouter à la férocité de la concurrence voila où nous en sommes arrivé. La première chose à faire serait de ne
pas acheter ces produits étrangers, mais comment faire quand presque tout ce qui nous est proposé vient de ces pays hors d'Europe ?
Je pense que l'union Européenne devrait plus équilibrer cette concurrence en exigeant des normes de fabrication comme elle nous les a imposées depuis un bon moment déjà.
Bonne fin de soirée Armistide+Pistol.



B.O. 21/11/2011 22:42


Encore un enrichissement pour le havrais (de dix ans d'âge) que je suis.


Merci. Souvent j'arrive à expliquer des choses à des personnes qui sont sur le Havre depuis bien plus longtemps que moi.

DAN 21/11/2011 23:52



Bonsoir Olivier. Dix ans havrais seulement et tu peux expliquer des choses à ceux qui le sont depuis plus longtemps, voila un compliment qui m'indique que le travail effectué ici n'est pas fait
en vain, car raconter l'histoire aux plus jeunes est bien l'une de mes ambitions à l'initiative de ce blog.
merci de ta visite et bonne fin de soirée Olivier !



JMH 21/11/2011 22:39


Bonsoir Dan


Merci pour les photos. Monoprix était et reste la grande surface alimentaire du quartier thiers. La clientèle y est aisée et les prix me paraissent plus élevés que dans d'autres surfaces du même
genre en centre-ville.Je me souviens bien de la disposition de l'ancien Monoprix. L'alimentation se trouvait au fond du magasin. Elle était séparée du reste du magasin par des caisses.  Je
revois même le rayon boucherie tout au fond si je me souviens bien. Ne voyait-on pas d'ailleurs les bouchers, par des vitres en verre, dans une salle non accessible au public? C'est désormais
assez éloigné dans le temps et des gens qui y ont travaillé pourraient apporter des éléments utiles sur le sujet. la mémoire peut tromper. Une cliente qui a connu le magasin me racontait qu'il y
eut un accident professionnel grave dans ce magasin il y a plusieurs dizaines d'années.


Il y eut longtemps un photomaton devant le magasin monoprix. Le père noël était souvent dans le secteur, dans la rue, pour prendre des photos avec les enfants au mois de décembre. ( Je me
trompe?).


La lumière intérieure de l'ancien Monoprix me paraissait beaucoup vive que maintenant. Peut-être y-avait-il davantage de néons ?


Pour terminer, on trouve parfois des photos de l'extérieur de ces magasins havrais mais exceptionnellement de l'intérieur, des rayons... Une vue de l'intérieur des anciennes "Nouvelles galeries "
ferait notamment plaisir.


A bientôt.


 


 


 


 

DAN 21/11/2011 23:44



Bonsoir Jean-Michel. Il serait intéressant de connaitre les couches sociales les plus représentative  fréquentant ce magasin, car on peut remarquer que ce sont beaucoup d'anciens qui
viennent y faire leur provisions, là est sans doute le fait de la proximité du magasin en rapport avec l'habitat mais aussi la facilité de s'y rendre pour ceux n'ayant pas les moyens ni l'envie
de prendre une automobile pour faire ses courses dans une grande surface plus éloignée.
Quant à la disposition du magasin à l'intérieur le peu que je me souvienne, car ne faisant que rarement les courses, il me semble effectivement l'alimentaire était au fond du magasin, avec une
séparation entre l'alimentaire et le reste des marchandises proposées. Mes souvenirs remontent parfois plus loin où cette séparation n'était pas aussi effective, mais là mes souvenirs sont trop
lointains pour que ma mémoire les restitue avec exactitude.
Ce serait bien en effet qu'une ou un ancien employé nous raconte ici comment se déroulait une journée de travail pour lui et ses collègues, et dans quel conditions ils exerçaient leur métier.
Espérons que ces témoins lisent ces quelques lignes.
Quant au photomaton, là c'est plus récent et plus frais dans nos mémoires tout comme le père noël arpentant le trottoir avec quelques bonbons en poches pour attirer les enfants et faite ainsi une
photo souvenir.
Quant aux photos d'intérieur de magasin, je n'ai trouvé qu'une seule fois des cartes photos représentant l'intérieur d'une épicerie , et pour les nouvelles galeries se serait formidable en effet
d'avoir quelques clichés de son intérieur, car plus que Monoprix encore, ce grand magasin m'a laissé beaucoup de souvenirs.
Alors mes recherches de photos peuvent continuer, j'ai encore beaucoup à faire !
Bonne fin de soirée Jean-Michel  !





Otto Graf 21/11/2011 21:42


Au n° 7 : vous vous posez (et nous posez)  la question : sommes-nous tous des ringards ?


Bien sûr que oui !


Tout ce qui est moderne, nouveau,  neuf, est regardé d’un œil critique, contesté, tous ce
qui est ancien est regretté et même vénéré, y compris tout ce qui n’était pas beau et le plus souvent insalubre. Cette attitude  est évidemment
renforcée par un constat de fait : la destruction de la ville, irréparable.


Le Havre d’avant ne vit plus que dans les mémoires.


Et sur ce site d’évocation nostalgique du passé, la sélection des lecteurs nostalgiques s’est faite tout naturellement.


Nous sommes tous une bande de ringards !


(mais pas mécontents de l’être, sur ce sujet qui nous motive et nous passionne au + haut point).


Otto.

DAN 21/11/2011 23:25



Bonsoir Otto Graf. Sans nous qualifié spécialement de ringard, de vieux ou tout simplement d'ancien, il est certain que nous recherchons tous plus ou moins une part de notre jeunesse, que ce soit
au travers les photos anciennes, la musique, le cinéma etc. A mon âge on peut à la fois apprècier ce qui est et ce qui n'est plus, car notre époque n'est pas complètement décourageante, même si
le chômage la ronge dans le plus profond de sa chair. Pensons à ce site par exemple,  où nous pouvons échanger nos impressions, répondre aux commentaires de personnes parfois situer très
loin les une des autres, notre époque a donc des côtés très positifs qu'il ne faut surtout pas minimiser. J'aurais pu collectionner les cartes postales il y a bien longtemps, j'aurais très bien
pu m'intereresser à l'histoire du Havre tous ceci seul dans mon coin, mais il aurait manqué ce contact que permet internet même si ce moyen de communication véhicule ce qui se fait de mieux comme
ce qui se fait de plus moche.
Alors nostaligique sans doute, ringard peut être, mais ringard et nostalgique avec les moyens de ne pas le rester seul dans son coin à ruminer regrets et desespoir !
Bonne fin de soirée Otto Graf ! 



Mousse 21/11/2011 20:16


Bonsoir cher Dan,


J'aime regarder tes billets, je n'y connais rien, c'est amusant de voir ces changements, de plus de très jolies cartes anciennes.


Je trouve que le nouveau, n'est pas mal, il faut suivre son temps.


Je n'ai pas connu l'époque, je ne connais pas plus la nouvelle.


Je suis comme un cheveu dans la soupe sur ton blog.


Comme les gosses, je viens pour les belles images, tu as l'art de les trouver.


Un blog bien fait, c'est toujours agréable à regarder.


Même si on n'y connaît rien.


Je lis les commentaires, tous des visiteurs sympa, amoureux de leur ville, c'est du bonheur.


Bonne semaine cher Dan.


Mes amitiés.

DAN 21/11/2011 23:03



Bonsoir Mousse. Tu es d'autant plus gentille de venir ici que tu ne connais pas le Havre, s'il y avait un prix de la gentillesse tu aurais le premier prix.
Ceci dit même en ne connaissant pas la ville tu peux voir l'évolution de l'architecture, et puis tu as raison les cartes postales sont tellement belles que, quelque soit l'endroit, elles sont
toujours plaisante à regarder.
Bonne fin de soirée  chère Mousse !



UnHavrais 21/11/2011 13:08


Ouah... Bah je vais rajeunir tout ça un peu ! ;) 


Je vous comprend lorsque vous dites que vous préferiez votre époque à la notre, et nous aussi ! Et on s'en rend bien compte (la mode revient des années 50-70) ! 


C'est vrai que les candélabres de la Place de l'Hotel de ville font un peu... préfabriqués... Ils sont moches quoi (du moins je trouve) ! Les anciens sont bien plus classe et travaillé... C'est
le genre de petit détail qui font que tel ou tel endroit à du charme... Ce que l'Hotel de ville perd, avec la perte des pergolas, et l'apparition de ses poteaux mastoques ! 


Par contre, je trouve que le Monopris reste bien plus humain que bien des commerces tel que Leclerc, Auchan, Carrefour et autres magasins... C'est bien pour ça que j'aurai préféré un Monoprix aux
Docks, qui fait quand même petite surface assez classe, que un Leclerc, qui n'est là que pour faire du chiffre (même si le but de Monoprix est aussi cela !). 


Bonne journée Dan ! 

DAN 21/11/2011 16:51



Bonjour Unhavrais.
Quand j'étais jeune, dans ces années là donc, mon père me disait, à propos de la mode, qu'elle revenait toujours à refaire ce quelle avait déjà fait. Depuis je me suis rendu compte qu'il avait
bien raison. Aujourd'hui il y a quand même quelque chose de nouveau dans le phénomène de la mode, c'est qu'à toutes les époques on achetait des vêtements neufs ou un peu usagés chez les fripiers,
c'est à dire dans les "ancêtres" des vide-greniers. Aujourd'hui, paradoxe, on achète des vêtements neufs mais avec l'aspect de vêtements TRES usagés ? Comprenne qui peut, et puis c'est bien connu
la mode c'est ce qui se démode, comme le disait J. Cocteau.
Je trouve moi aussi peu « esthétiques » les nouveaux poteaux, mais attendons de voir à l'usage, sinon les pergolas de l'hôtel de ville donnaient une note de verdure au béton dominant, leur
disparition a partagé pas mal de havrais les uns « pour » les autres « contre », aujourd'hui plus question de revenir en arrière, est-ce que les installations du tramway donneront un nouvel
esthétisme à l'ensemble architectural de cette place de l'hôtel de ville ?
Je n'avais pas pensé à un Monoprix aux docks, il faut dire que je ne fais pas très souvent les courses à la maison, ma femme se chargeant de cette besogne, alors je ne sais pas vraiment si le
Monoprix est plus convivial que Leclerc aux docks, ce que je me suis rendu compte par ailleurs, c'est qu'il y a (ou avait ?) des caisses automatiques dans cette grande surface. Alors ça pour moi
c'est un repoussoir même si j'ai tort de penser ainsi !
Bonne soirée unhavais ! 



Jeff 21/11/2011 10:58


Encore des souvenirs de vieux chnoques comme dit Phyll, tant pis on assume son statut, et puis connaître l'histoire c'est mieux comprendre le présent et mieux envisager l'avenir, alors il ne faut
pas s'en priver. Un souvenir musical : à l'époque où les anciens me nommaient encore l'poulot, le Prisunic du Rond-Point et Monoprix diffusaient une musique d'ambiance relaxante, les ricains
utilisent le terme de "musac" pour la définir. Je me souviens de l'existence d'un Félix Potin près du jardin de l'hôtel de ville, si ce souvenir s'avérait inexact, alors le gâtisme me guette. Il
n'y a pas eu de magasin Dufayel au Havre semble-t-il, les spécialistes le confirmeront ou le démentiront. Je passe de temps en temps devant un bel immeuble Hausmannien à Versailles sur le fronton
duquel tout en haut est encore gravé Dufayel, du nom du créateur des magasins Parisiens du même nom, et instinctivement je pense à LH et sa villa maritime dont G. Dufayel fut l'heureux
propriétaire et aussi à Ste Adresse et son fameux hôtel sur lequel ce nom est toujours visible. Vieux peut-être, et certainement pas nostalgique car je trouve la ville du Havre beaucoup est plus
attractive à présent que par le passé. Bonne journée.

DAN 21/11/2011 16:22



Bonjour Jeff
J'assume le qualificatif de « vieux chnoque », déjà employé par mes enfants, donc là je reste en famille (rire), et c'est bien connu, celui qui ignore son passé est condamné à le revivre.
Pour ma part je n'ai aucun souvenir auditif de cette époque et plus particulièrement de la musique diffusée dans ces magasins Monoprix ou Prisunic. J'ai plutôt une mémoire visuelle du magasin lui
même. Pour le Félix potin je n'ai pas trouvé trace de ce magasin au Havre, mais il faudrait faire de plus amples recherches aux archives pour être affirmatif.
Si si il y a bien eu un magasin Dufayel au Havre, plus précisément à Sainte Adresse, mais celui-ci n'a pas rencontré le succès espéré et s'est vu transformé en hôtel restaurant, voici une carte
postale de sa construction :



Quand au Havre d'hier j'en suis un peu nostalgique, peut être pas du point de vue architectural quoique, mais du point de vue social, car le Havre était une ville industrielle où l'emploi était
abondant, et ça difficile de le retrouver dans le Havre actuel... !
Bonne fin de journée Jeff !


PS : L'ami JPS nous envoie deux photos nous montrant le magasin Félix Potin au Havre. Je vous laisse les découvrir ci-dessous :








Claude 20/11/2011 23:57


Ha..!! Monoprix, un des trois incontournables "grands" magasins du centre ville (avec le Printemps et les Nouvelles Galeries) de notre jeunesse ....ou tout
du moins pour certains d'entre nous ...suivez mon regard...


On peut dire qu'il tient bien le coup celui-là malgré l'implantation de plusieurs "grandes surfaces" comme on les appelle.. et la création du Centre Coty lui
a été à mon avis bénéfique...c'est une affaire qui marche avec essentiellement une clientèle de proximité.


Merci Dan, de nous en avoir retracé l'historique....Ce qui m'étonne le plus personnellement c'est la CP des années 50 (époque que j'ai connue) où on y voit
ces jolis anciens candélabres avec une certaine allure ( je ne m'en souviens pas du tout) Peut-être n'avais-je pas à ce moment là la même façon de voir les choses....il était encore loin le temps
de "l'oeil du photographe/blogueur"...(et non pas "blagueur"...quoi-que..!)...Et pour en revenir à ces fameux candélabres qui m'interpellent....c'était autre chose que ce qu'ils sont en train de
nous installer en ce moment en ville....Là je pense que certains y verront encore un regard passéiste et vieux-jeux...(j'extrapole peut-être)...Mais je persiste et signe le modernisme ne rime pas
toujours avec esthétisme...C'est là tout du moins mon avis.


Bonne nuit et bonne semaine.

DAN 21/11/2011 00:18



Bonjour Claude. Eh oui comme toi je me souviens des nouvelles Galeries et du magasin du printemps toujours parmi nous. Mais je t'avouerais, peut être à tort, que j'ai toujours considéré ce
dernier comme un magasiin un peu trop "chic" pour mes goûts et surtout pour ma bourse.
Monoprix résiste bien à la nouvelle concurrence, comme je l'ai écris plus bas, du fait de sa proximité avec la clientèle, et avec ses nouveaux aménagement qui, il faut bien le dire, reprennent
ceux des grandes surfaces. Mais les clients y trouvent leur compte et c'est le principal.
Comme toi j'ai été surpris de voir les candélabres sur la photo des années 50, j'ai essayé de savoir à qu'elle année précise a été prise cette photo, mais le seul résultat tangible obtenu est
qu'elle a été prise dans les années 50 que nous avons bien connu. Mais bon sang de bonsoir je ne me souviens plus du tout non plus de ces candélabres très esthétiques finalement. Pour les
nouveaux je suis un peu circonspect, ils ont un "je ne sais quoi" que je ne saurais mieux expliquer. : sont-ils trops petits ? trop simples ? Toujours est-il que j'attends de m'y être abitué
avant de me prononcer définitivement. Je suis comme ça , il me faut du temps pour tout, et surtout pour m'habituer !
Bonne nuit Claude !



eva 20/11/2011 23:41


alors voui ! c'était plus joli sur la plus ancienne des cartes postales, ça c'est sûr ! Le Monoprix n'a pas changé de physionomie depuis les années 1950 ! mais ils se ressemblent tous ! tous les
monoprix de France ont cette façade ! lisse et froide ! Bonne nuit Dan, et bon début de semaine !

DAN 21/11/2011 00:00



Bonsoir Éva. J'ai justement vu le monoprix de Lisieux cet après midi, et c'est vrai qu'il ressemble à tous les monoprix de France et celui du Havre, mais que pouvons nous y faire comme disent les
anglos-saxons business is business avant tout...
Bonne nuit à toi Éva et bonne semaine également ! 



phyll 20/11/2011 23:28


CQFD mon pote,... CQFD !!!!  !! (finalement, à notre tour, nous devenons les vieux cons que nous critriquions quand
nous étions jeunes !!! )..........

DAN 20/11/2011 23:54



Houla mon pote ! Sans aller jusque là, peut être les jeunes nous consdèrent-ils comme tels, mais comme le disait Corneille :

Marquise, si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu'à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.
Le temps aux plus belles choses
Se plait à faire un affront :
Il saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.
Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits :
On m'a vu ce que vous êtes
Vous serez ce que je suis.
Bon on ne vas pas se "prendre la tête" comme disent justement les jeunes, alors @+ Poto



phyll 20/11/2011 20:56


à lire tous ces commentaires, je constate que les intervenants sont à peu près de la même génération..... serions nous des ringards ???.... NON !! je pense que nous sommes tous nostalgiques d'une époque révolue qui, finalement n'est pas si vieille que ça.... mais de nos jours, il faut aller
vite, trop vite !.. beaucoup trop vite !.......et nous sommes victimes de la "mondialisation-consommation"........ 

DAN 20/11/2011 23:14



Bonsoir mon pote. Je pense que quand nous naissons et grandissons dans un milieu et une société donnés, instinctivement nous en adoptons les codes, les règles et les principes, ces règles codes
et principes nous sont "naturel", car notre conscience adhère spontanément et sans réfléchir à ces principes. Tout ce qui est en dehors de ceux-ci nous est plus ou moins inconcevable.
Pour les jeunes aujourd'hui c'est exactement la même chose, ils adoptent les règles principes et codes de notre société actuelle, si nous pouvions les interroger dans 50 ans je suis à peu près
certain qu'ils diraient la même chose que nous aujourd'hui, à savoir que leur époque de jeunesse était formidable.
En tous cas pour notre génération effectivement tout va bien trop vite, les exemples seraient tellement nombreux et dans bien des domaines qu'il serait fastidieux de les inventorier ici.
La nostalgie n'est plus ce qu'elle était disait Simone Signoret, et chaque génération pourrait reprendre cette formule à son compte !
Bonne nuit poto !



marcopolo76 20/11/2011 18:39


Bonsoir Dan


Un Monoprix  bien" ancré" dans la ville d'après tes récits ...!


Quel plaisir toutes ces cartes postales de différentes époques ...il est vrai que celle de 2011 n'a pas autant de détails  ...!


Bonne soirée et bonne semaine !


Marco

DAN 20/11/2011 20:11



Bonsoir Marco. Oui là tu as le mot juste à savoir "ancré" dans la ville du Havre, et l'on peut remarquer  qu'il résiste assez bien aux géants de la distribution, sans doute et presque
certainement, cette "résistance" est-elle du à la proximité de sa clientèle, et à son achalandage.
Quant à la photo de 2011, là tu me fait beaucoup d'honneur en la qualifiant de carte postale, car ce n'est qu'une photo banale prise par moi il y a peu de temps !


Bonne soirée marco !



Papy Scham 20/11/2011 18:20


J'ai les mêmes souvenrs de ces Monoprix (il y en existe deux pas loin de chez moi) que tes amis Jean-Paul et GL. De nos jours, c'est le désert en personnel. Les quelques vendeuses qui restent
sont polyvalentes, censées connaître tout sur tout. Un petit faible pour la photo des années 50. On était en plein dedans.


Bonne soirée. Amitiés.

DAN 20/11/2011 20:02



Bonsoir Papy Scham. Ce qu'il y a de bien avec les chaines de magasins à travers la France, c'est que celui qui, comme toi n'habite pas la cité de Françiois 1er, peut évoquer celui qu'il a connu
dans sa région  ou sa ville. Ce type de magasin s'étant développé  à peu près à la même époque et partout, il était logique qu'on puisse raconter à peu près les mêmes souvenirs.
Quant à la carte postale des années 50 moi aussi quand je l'ai vu elle m'a tout de suite plut, et je n'ai eu de cesse de me la procurer pour pouvoir raconter l'histoire du magasin, et voila le
résultat !
Bonne soirée Papy Scham ! 



louis 20/11/2011 17:19


Ce qui est drole, c'est que si des blogs avaient existé à l'époque de la création de Monoprix, on aurait pu lire les mêmes commentaires de regrets des anciennes boutiques. C'est notre jeunesse
que l'on regrette !!! Sinon, c'est toujours du bon boulot, même si les supermarchés c'est moins interressant que les bars

DAN 20/11/2011 19:54



Salut Louis. Évidement que c'est moins intéressant que les bars je suis d'accord avec toi, . Une
ville est faite, selon moi, de tous ce qui fait sa vivacité, son dynamisme, sa pétulance etc, ce sont les commerces,  restaurant, magasins : d'habillement, de chaussure  etc, et bien
entendu les bars qui sont à la ville ce que  le divan est à la télé, un lieu privilégié pour voir la vie se déroulée devant et autour de nous !
Bonne soirée Louis !



reveillematin-tic-tac 20/11/2011 16:09


Hello DAN, 


Merci encore pour cet historique. Cela me ramnèe au souvernir d'un autre magasin disparu aujourd'hui (avalé par les Galeries Lafayette, je crois) et qui était présent dans quelques villes
(notamment à Toulon, dans mon enfance dans les années 70) : Les Dames de France.


Y avait-il un magasin des Dames de France au Havre également ?


Très bonne fin de dimanche !


A bientôt


 

DAN 20/11/2011 19:47



Bonsoir "réveille-matin". A ma connaissance (et je suis loin de tout connaître) je ne connais pas de magasin "Les dames de France"  au Havre ? Peut être un lecteur pourra t-il nous éclairer
à ce sujet.
Cependant les magasins disparus sont légions au Havre, je n'en citerais qu'un seul "Les nouvelles Galeries" mais il y en a eu  tellement d'autres que je ne pourrais tous les citer de
mémoire  !
Très bonne soirée "Tic--Tac !



phyll 20/11/2011 13:57


Salut mon pote,


j'ai à peu près les mêmes souvenirs que l'ami Jean Paul !... en effet, on peut dire que c'était "LA" sortie où l'on pouvait se faire plaisir !!! Je dois dire qu'à l'époque, je trainais plus
dans le rayon jouets que dans l'alimentaire !!!


et bien entendu, la carte des années 50 aide à faire remonter ces souvenirs !!...


à+ !

DAN 20/11/2011 19:41



Bonsoir mon pote. Eh oui, jean-Paul toi et moi ainsi que beaucoup d'autres avons à peu près les mêmes souvenirs de ce magasin, de plus nous étions des "garnements" alors la nostalgie joue sur du
velours là.
En tous les cas, et tout comme toi, je m'attardais volontiers plus longtemps dans le rayons des jouets que celui de l'habillement par exemple, et à cette époque là nous suivions "sagement" nos
parents tout en espérant tout de même qu'ils cèdent quelques peu à notre requête.
Mais je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans...etc etc !


Bonne soirée poto !



jeanpaul76 20/11/2011 11:36


Bonjour du dimanche matin


Monoprix un symbole ou plutôt le repère, maintenant grande surface ou hyper, caddie rendement, vigile des mots de gestionnaire là nous parlons d'un magasin avec des modules et
une vendeuse par module oh miracle ! et surtout le bonjour madame au revoir madame élémentaire non ...
Dans ma famille c'était le rituel presque un voyage dans un autre monde lors des déplacements ma mère me disait habille-toi bien on va à Monoprix ça ne s'invente pas.
T-on reportage me touche, car des mémorisations sont encore présentes l'esprit de la famille une éducation de respect


tu vas arriver à nous faire chialer un jour arrête


Bonne journée

DAN 20/11/2011 19:36



Salut Jean-Paul. Hola mon ami ressaisis toi, mais tu évoques une période où toi et moi étions des mêmes alors forcément...
Quant à ce magasin Monoprix il était en concurrence avec les nouvelles galeries dont je raconterais l'histoire un de ces jours, j'espère que cela t'évoquera des bons souvenirs également. En tous
cas ton commentaire reflète bien la vie de cette période où nous allions "en ville", et ce n'était pas rien à l'époque !
Bonne soirée Jean-Paul  !



GL 20/11/2011 06:57


Un magasin bien agréable avec une ou plusieurs vendeuses tronant sur chaque rayon comme sur un marché.  Un style de commerce du passé.  Aujourd'hui, on déambule avec son caddie et on
passe direct à la caisse.  Et encore, avec les caisses automatiques qui se développent, il n'y a plus qu'une personne pour surveiller 4 caisses.  Il n'y aura plus que des vigiles pour
surveiller que tout se passe bien.  C'est le commerce inhumain.


C'est vrai que Monoprix, noyé sur 2 étages du centre coty, n'a pas la même visibilité que sur la rue rené coty.  Je ne rentre que très rarement à l'étage alors qu'avant, il fallait passer
par les rayons de prêt à porter et tout ce dont on a pas besoin avant d'accéder à l'alimentaire. 

DAN 20/11/2011 08:54



Bonjour GL. Je savais qu'un lecteur aurait décrit la manière dont on était servi dans l'ancien monoprix, à savoir que chaque rayon avait sa vendeuse-caissière, ma cousine était du nombre, merci
de l'avoir évoqué. Ta description complète bien mon article, et ton analyse sur les commerces d'aujourd'hui est pertinente car effectivement les magasins se déshumanisent de plus en plus à
l'image de ces caisses automatiques. Personnellement quand je constate cela je ne vais pas dans ces caisses automatisées, même s'il n'y a personne et que cela m'éviterait de faire la queue là où
la caissière fait son travail, mais j'estime qu'il y a assez de chômage comme ça pour ne pas en rajouter !


Merci pour ton témoignage, et bon dimanche GL ! 



buddy2259 20/11/2011 05:11


Bonjour Dan,


Une belle évocation du Monoprix de l'avenue René  Coty (ex rue Thiers) les quatre clichés présentés nous permettent de voir l'évolution de ce lieu au fil du temps,c'est sympa..perso
j'adore la vue des années 50'!


C'est chaque dimanche un grand plaisir que de faire un détour sur "Havrais-dire".


Bonne journée et mes cordiales salutations à l'ami Nicéphore!

DAN 20/11/2011 08:44



Bonjour Buddy. La vue des années 50 est en effet très plaisante, voila le type de cartes postales que j'aimerais trouver plus souvent, car outre qu'on y voit monoprix, on distingue ça et là des
détails de la vie quotidienne de cette époque comme la circulation automobile, les nombreux vélos laissé pour faire probablement quelques emplettes, et l'habillement des gens, bref pour avoir
vécu à cette période elle restitue assez bien l'ambiance de ma jeunesse !
Bon dimanche Buddy !



Otto Graf 20/11/2011 00:39


Je me souviens d’une anecdote….


Une amie de ma mère se rendit dans ce magasin dès son ouverture, ou les jours qui
suivirent.


Elle raconta ensuite à son retour, étonnée et même émerveillée, qu’elle avait pu consommer, ou
manger dans celui-ci, et plus extraordinairement, elle expliqua que l’on mangeait debout. A l’américaine !....


Suivant cette description, je pense qu’il s’agissait de tables rondes, hautes, comme on en voit
couramment maintenant dans les restos d’autoroutes.

DAN 20/11/2011 08:38



Bonjour Otto Graf. cette anecdote nous montre que déjà à cette époque l'accueil de la clientèle devait se démarquer de celle d'autres magasins. Les efforts de modernité devait être conséquents
afin d'attirer le chaland très sollicité par ailleurs. Pensons à le rue de Paris très fréquenté par les havrais où l'offre commerciale était importante. Alors que monoprix ait innové en proposant
une des premières restauration rapide n'est pas pour m'étonner, surtout si l'on songe qu'à cette période les effets de la crise de 1929 se faisait encore sentir.
Bon dimanche Otto Graf.